Sociocratie : Qu’est-ce que la sociocratie ? En avez-vous besoin ?

Sociocratie : Qu’est-ce que la sociocratie ? En avez-vous besoin ?

La sociocratie est un système de gouvernance. Nous savons que la “gouvernance” n’est pas très attrayante. Elle semble sèche et nous rappelle les gouvernements et les salles de marbre. En quoi cela vous concerne-t-il ? Beaucoup de choses, en fait !

La gouvernance, c’est la façon dont nous gérons les groupes, le système d’exploitation. La gouvernance ne se limite pas aux salles de conseil d’administration ou au sénat. Peu importe que nous nous préoccupions des systèmes de gouvernance, nous répondons toujours aux questions suivantes :

– qui prend quelles décisions ?

– comment prenons-nous les décisions pour le groupe ?

Examinons une “organisation” informelle que nous connaissons tous – une famille. Les familles prennent beaucoup de décisions : comment dépenser l’argent, que manger à midi, comment passer le samedi matin, qui est autorisé à faire quoi. Traditionnellement, de nombreuses familles sont des organisations autocratiques dirigées par les parents. Même si c’est ce que vous voulez, il y a toujours de grandes questions de gouvernance – que se passe-t-il si papa dit oui et maman dit non ? Et si les parents sont des aînés et ont eux-mêmes besoin de soins et ne peuvent plus diriger ? Et s’il y a un divorce ? Le beau-parent peut-il dire au préadolescent que le port de sandales dans la neige n’est pas acceptable ? Ce sont des questions très concrètes. Et des dizaines de décisions de ce genre sont prises par tout le monde chaque jour, que l’on utilise ou non le terme de gouvernance.

La gouvernance : tout le monde l’utilise

Une fois que vous l’avez examiné, les problèmes, dans chaque groupe et à tous les niveaux, sont toujours les mêmes. Il faut que quelqu’un décide d’une manière ou d’une autre. Les systèmes de prise de décision que nous utilisons façonnent profondément notre vie – et pourtant, nous ne ralentissons presque jamais pour remettre en question la façon dont nous nous dirigeons. Nous avons tendance à penser que les choses sont telles qu’elles sont. Tout ce que nous acceptons comme normal n’a pas de sens. Par exemple, la plupart des sociétés occidentales ne font plus confiance aux autocrates – mais pour les entreprises privées, nous trouvons normal qu’un PDG dirige comme un roi ! Autre exemple : les démocraties considèrent le vote comme l’étalon-or. Mais disons qu’une famille veuille planifier des vacances. Un enfant et un parent veulent aller dans les musées d’art à Paris. Un parent et deux enfants veulent prendre l’avion pour la Turquie afin d’aller à la plage. Il faut voter à 3 contre 2, et deux personnes doivent construire des châteaux de sable au lieu de voir le Louvre. C’est ce que nous considérons comme juste. Mais est-ce le cas ?

Certains disent qu’il vaut mieux ne pas avoir de système. Pourtant, cela donne souvent lieu à des décisions en coulisses, à un pouvoir incontesté et à pas mal de frictions dues au manque de clarté. Et après tout, ne pas prendre de décision est aussi une décision. Alors… y a-t-il de meilleures solutions ?

Les systèmes de gouvernance ne tombent pas du ciel !

Avant même d’envisager un système de gouvernance comme la sociocratie, il est important de voir que toute forme de gouvernance que nous choisissons est un choix. Les systèmes de gouvernance sont tous des constructions sociales. Nous sommes tout simplement plus habitués à certains qu’à d’autres. Nous ne sommes pas nés en connaissant les bulletins de vote ou les règles du débat parlementaire !

Une autre considération est que nous devons nous demander comment la prise de décision façonne notre culture. Par exemple, diriez-vous qu’un père autocratique ou un entraîneur de gymnastique est une bonne chose ? Que diriez-vous d’un président qui obtient 50,1% des voix et qui est détesté par les 49,9% restants ? Le vote est-il vraiment “équitable” ou favorise-t-il la polarisation ? Nous pensons que les divisions qui traversent de nombreuses nations, les abus de pouvoir dans les organisations, tout cela est lié à la gouvernance, ce qui en fait l’une des questions centrales de notre époque.

Maintenant, nous sommes prêts à parler de la sociocratie

Après avoir évolué vers sa forme actuelle dans les années 1980, l’intention de la sociocratie était de concevoir un ensemble d’outils de gouvernance qui donnerait aux groupes une chance de s’auto-organiser de manière fractale, en s’inspirant des systèmes naturels. Il s’agit de trouver un équilibre entre le désir d’avancer vers la mission du groupe et la nécessité de s’assurer que chaque voix peut être entendue dans le processus. Nous pouvons avoir les deux !

Les gens s’intéressent à la sociocratie parce qu’ils veulent rendre leurs organisations plus humaines. Elle est actuellement utilisée dans les associations à but lucratif, les coopératives, les écoles, les communautés et les projets non constitués en société. Ils la combinent souvent avec la communication non violente, l’agilité et diverses formes de croissance personnelle et organisationnelle.

Comment fonctionne-t-il ?

a) Qui décide ?

Tout ce qui nécessite des soins dans une organisation est divisé en domaines. Chaque domaine est pris en charge par un groupe de personnes (= appelé “cercle”). Par exemple, un cercle de membres s’occupe du domaine des membres, en prenant des décisions et en élaborant des politiques concernant les membres et l’adhésion. Un cercle de sites web prend en charge le domaine des décisions. Un cercle de marketing s’occupe du domaine du marketing et prend toutes les décisions et politiques nécessaires en cours de route. C’est logique, non ?

Voici un élément important que vous avez peut-être manqué : ces cercles ont en fait toute l’autorité (et la responsabilité !) dans leur domaine. Le cercle du site web n’a pas besoin de demander à qui que ce soit la permission de prendre des décisions sur le site web. Il n’y a pas de pouvoir central qui prend les décisions tandis que les autres se contentent d’exécuter ce qu’on leur dit. C’est pourquoi nous appelons ce système autorité décentralisée ou distribuée : de nombreuses décisions sont prises dans de nombreux endroits différents.

b) Pourquoi n’y a-t-il pas simplement le chaos ?

Il n’y a pas de chaos parce que nous savons exactement quel cercle ou quel individu est responsable des décisions dans chaque domaine. Et nous savons exactement comment chaque élément de l’ensemble est lié aux autres.

Pour s’assurer que tous les groupes liés peuvent se tenir au courant, nous avons une façon spéciale de relier deux cercles. Deux membres du cercle sont choisis pour faire partie des deux afin qu’ils puissent dire à un cercle ce que fait l’autre et vice versa. De cette façon, toutes les activités peuvent être alignées et former un tout. Mieux encore, ces deux “liens” sont choisis par les cercles eux-mêmes.

c) Comment la sociocratie prend-elle ses décisions ?

Voici comment nous ne prenons pas de décisions : nous ne parlons pas indéfiniment, nous ne votons pas, nous ne contrôlons pas les gens. Alors, comment ? Grâce à la structure en cercle, tout s’inscrit dans des boîtes bien rangées, de la taille d’une bouchée. Cela nous permet de prendre des décisions en petits groupes, ce qui facilite l’écoute mutuelle. Pour que chacun prenne le temps d’écouter, nous parlons en cercle : une personne parle à la fois, une par une. Comme vous savez que vous aurez votre tour, vous pouvez en fait écouter tous les autres.

Lorsqu’une proposition est bien comprise et prête à faire l’objet d’une décision, le cercle prend sa décision par consentement :

– Le consentement signifie que vous pouvez travailler avec la proposition et que vous êtes prêt à aller de l’avant, soit parce que c’est votre préférence, soit parce que vous pouvez travailler avec elle.

– Une objection (pas de consentement) signale un élément de la proposition qui n’est pas encore assez bon, par exemple lorsqu’une nouvelle politique aurait des conséquences négatives non voulues ailleurs et qu’il faut y remédier d’une manière ou d’une autre. Au lieu d’argumenter, nous nous concentrons sur l’objectif du groupe et trouvons la meilleure solution qui nous permet de nous aligner sur notre mission.

Nous avons même choisi les chefs et les animateurs de chaque cercle par consentement – ce n’est que lorsqu’il n’y a pas d’objection que la personne peut remplir le rôle. Si vous voulez remplir un rôle, un comportement polarisant ne vous y amènera pas ! Au lieu de cela, la collaboration et l’écoute deviennent la nouvelle culture.